Laure Essinger

DUVAN : LE MONDE EN FACE

DUVÁN : LE MONDE EN FACE

VISITE SONORE de l’exposition avec Françoise Morel et Radio Ballade...
https://www.mixcloud.com/widget/iframe/?embed_type=widget_standard&embed_uuid=14e7f784-f670-418b-98f5-e767e020f675&feed=https%3A%2F%2Fwww.mixcloud.com%2Ffran%25C3%25A7oise-morel%2Fjai-rendez-vous-avec-vous-le-peintre-colombien-duvan%2F&hide_cover=1&hide_tracklist=1&replace=0

INTERVIEW de DUVAN lors du vernissage :
http://www.lindependant.fr/2015/04/17/cassaignes-un-duvan-universel-a-decouvrir-au-chantier,2018946.php#reagirBlock

DUVÁN
« C’est la première fois, face à une œuvre, que j’ai l’impression que c’est le tableau qui me regarde et non moi qui regarde le tableau. » a commenté une visiteuse de l’exposition de Duván au Chantier. Car ce qui avant tout motive, et sans relâche, l’artiste colombien, c’est l’humain. Nos faiblesses, nos travers, nos désarrois les plus intimes, de même que notre détermination d’êtres humains présents, obligatoirement présents, sont décortiqués sous le pinceau de Duván avec une acuité et une pertinence qui n’enlèvent rien aux mystères que dissimulent nos carapaces...

Rien n’est explicite. Pourquoi cette femme assise, bien que totalement nue, semble-t-elle encore vêtue ? Et ce gamin arrogant, à qui on enverrait volontiers une gifle avant même qu’il n’ait prononcé un seul mot, par quel procédé devient-il soudain notre semblable, pourquoi incarne-il d’un coup ce souvenir précis de nous-même au sortir de l’enfance ? Et cet autre, pourquoi tant de résignation dans son regard, qui nous transperce sans nous voir ?
Certes, pour certains, les corps de Duván, à peine ébauchés ou au contraire trop pleins de nos histoires, mais toujours vecteurs de nos tourments, évoqueront Bacon ; les scènes d’enfance les ramèneront fatalement aux Ménines et à Velasquez... mais pour la rapidité du trait, l’exubérance des couleurs, on ne peut ignorer Picasso... Quant à la violence et la fatalité de notre présence en ce monde, elles nous rappellent que Duván est issu du même continent et du même pays qui inspirèrent à Gabriel Garcia Marquez « Cent ans de solitude. » Et où se tournent encore des pages obscures de l’histoire.
Immenses références. Immense privilège que d’accueillir Duván au Chantier.

DUVAN devant son autoportrait

Avec cette exposition, l’artiste colombien DUVÁN met Cassaignes en résonance avec les grandes capitales culturelles, pas moins !! Après Bogotà, New-York, Washington, Paris, Barcelone... pour ne citer que les plus importantes, le peintre y présente un large ensemble de son travail, y compris ses toutes dernières œuvres. Ses portraits, scènes d’enfance ou de groupes dissèquent nos inquiétudes, nos manières d’être au monde et de le regarder, et pointent sans relâche une humanité souvent désemparée. Il sera présent au vernissage le 29 mars.

Avec une grande générosité, DUVÁN a relevé le défi du Chantier, « l’improbable galerie au milieu des champs ».

En Colombie, où il a créé le MAQUI (Museo de Arte del Quindío), DUVÁN met son travail au service de la protection de l’environnement, et notamment de la Sierra de Santa Marta. Le mannequin ConcientizARTE devenu symbole de ce combat sera exposé au Chantier.


Portfolio

  • Duvan : Autoretrato
  • Duvan : Don Quichotte
  • Duvan : Sigue reinando el faraon